Affacturage avec recours : comment ça marche ?

Affacturage avec recours : comment ça marche et définition

Le management d’une entreprise inclut la notion de gestion de trésorerie et notamment, celle du poste client. C’est là que l’affacturage rentre en jeu comme technique de recouvrement des dettes. Dans notre article nous allons nous intéresser de plus près à un type d’affacturage bien précis, l’affacturage avec recours.

À lire aussi : L’affacturage sans recours, définition et fonctionnement

Qu’est-ce que l’affacturage avec intérêt ?

On le désigne aussi sous le nom d’affacturage délégué, l’affacturage avec recours est un contrat entre une entreprise et une société d’affacturage (appelée factor). Le factor règlera les factures émises par l’entreprise, mais l’entreprise gardera la mainmise sur la gestion du poste client. Concrètement cela se passe ainsi : les créances notifiées de l’entreprise cliente sont rachetées par la société factor, plus précisément les créances portant la mention de subrogation. La plus grande différence avec un contrat d’affacturage classique, est que le factor ne gère pas le poste client, cela revient encore à l’entreprise cliente.

L’entreprise qui fait appel aux sociétés d’affacturage et choisit un contrat avec recours gardent donc son monopole sur les liens commerciaux qu’elle a peut-être déjà établis avec leurs clients. Notamment pour les relances, la gestion comptable des échéances, et l’enregistrement des factures.

Ce type de contrat est également appelé affacturage semi-confidentiel, il est notifié d’une mention de subrogation qui informe le client de l’entreprise que cette dernière a fait appel à un factor pour le règlement des créances notifiées. C’est de là que vient le nom semi-confidentiel, car il existe l’affacturage confidentiel qui, lui, n’informe pas de client.

Comment marche l’affacturage avec recours ?

Alors comment se passe concrètement l’affacturage avec recours ? C’est procédé qui fait intervenir quatre acteurs :

  • L’entreprise / fournisseur ;
  • le client de l’entreprise ;
  • la société d’affacturage (factor) ;
  • la banque

Le client de l’entreprise ou du fournisseur commence par acquérir un service ou un produit chez ce dernier. La créance est cédée à la société d’affacturage pour qu’elle règle la facture via un compte bancaire en commun avec le fournisseur. Enfin le règlement du client est encaissé sur le compte bancaire en commun. L’entreprise souscrit souvent une assurance crédit pour se prémunir des risques d’impayés de son client.

L’intérêt pour une entreprise d’avoir recours à une société d’affacturage avec recours est avant tout d’avoir un financement sans avoir à renoncer à la gestion du poste client. Cette aide financière se traduit par l’obtention d’une avance que ces dettes non recouvrées peuvent aller jusqu’à 95 % des créances lorsqu’elles sont rachetées par le factor.

La société d’affacturage est donc rémunérée en commission de service, ça peut aller de 0.5 à 2.5 % du montant de la transaction. Elle perçoit également des frais de dossier pour les différentes opérations qu’elle offre ainsi qu’une commission sur le financement octroyé. Le calcul de cette dernière se fait selon le prorata temporis du montant prêté par le factor et prend en compte la durée du contrat.

Voilà donc ce qu’il y a à savoir sur l’affacturage avec recours. Il est vrai que la procédure est assez intéressante pour les sociétés souhaitant investir pour la gestion des impayés des clients, mais il faut bien faire attention à bien comprendre toutes les clauses du contrat avant de signer. Gardez bien en tête que toutes les sociétés d’affacturage ne proposent pas forcément les mêmes options.

À lire aussi : Comment mettre en place un plan de trésorerie d’entreprise